LE PTERYGION

Le ptérygion est une tumeur bénigne, non cancéreuse, de la conjonctive (qui est la membrane qui couvre la surface du blanc de l’œil).

Elle a la forme d’une aile («aile» en grec ancien se dit «pterygion») dont le corps se développe sur le blanc de l’œil, le plus souvent du côté du nez, où il devient facilement visible sous forme de tache rose-rougeâtre. Le sommet de l’aile est habituellement en forme de bourrelet blanchâtre et irrégulier et est orienté vers le centre de la cornée (la loupe antérieure, principale, de l’œil).

C’est une tumeur très fréquente, particulièrement chez les adultes vivant dans les régions ensoleillées et chaudes, comme c’est le cas au sud de Tenerife.

Les formes congénitales de cette tumeur sont graves et, heureusement, rares. La forme la plus fréquente est celle qui se développe chez les personnes exposées aux rayons ultra-violets (UV) du soleil lors des activités de loisir (plage, bains de soleil, ski nautique, surf, planche à voile, kite surf, plongée sous-marine, aviron, delta-plane, randonnées, alpinisme etc.) ou professionnelles (pêche, agriculture et métiers de construction à l’air libre etc.). Le trachome (également tune maladie oculaire des pays ensoleillés) et l’exposition aux rayons infrarouges (IR) produits par la chaleur très forte (boulangers, pâtissiers, pizzaïolos, pompiers, soudeurs, vitriers, travailleurs dans la sidérurgie etc.) et aux produits irritants (poussières naturelles ou industrielles, sable, vents, ciment etc.) sont également des facteurs favorisants l’apparition de cette tumeur.

Le risque de sa survenue est plus grand lorsque l’exposition à ces facteurs se fait durant l’enfance.

Porter des lunettes de soleil à verres filtrant les rayons UV et IR est une bonne mesure préventive.

A défaut de traitement, le ptérygion, initialement limité à la conjonctive, s’étend progressivement à la cornée et devient gênant de par son caractère inesthétique et à cause de l’apparition d’irritations chroniques dues à l’épaississement de la tumeur. L’extension jusqu’au centre de la cornée peut conduire à des troubles visuels, parfois invalidants.

L’évolution de cette tumeur peut être, selon les cas, de lentement progressive à agressive. L’ophtalmologiste prend, à chaque consultation, des photos de la tumeur pour en déterminer la rapidité d’évolution.

La chirurgie est l’unique traitement reconnu. Elle est indiquée si la tumeur atteint la cornée. A partir du moment que la cornée est envahie, plus on attend avant d’intervenir plus grand est le risque de garder des cicatrices visibles en plus d’un trouble visuel.

Plusieurs techniques chirurgicales sont à disposition du chirurgien. Le risque de récidive de la tumeur, parfois rapide et agressive, varie de 7 à 50%, selon les techniques et le stade de l’envahissement lors de la prise en charge chirurgicale. La combinaison de plusieurs techniques en même temps qu’une intervention extensive et méticuleuse peut diminuer notablement le risque de récidive.

Nous utilisons nos propres cookies ou ceux de tiers pour améliorer votre navigation sur le Web. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez leur utilisation.  Acceptez  Plus d'information